Galets

 

                                           

 

Un galet attend une œuvre, le geste seul me guide à travers la pierre à la recherche d’une nouvelle réalité. les œuvres sont témoin de cette période où  le doute est sublimé par l’acte.

Et en 2013 pour « Marseille capitale européenne de la culture » le vide devient porte, un galet de quatre mètres « La porte des calanques » est dressé à la lisière du « Parc des calanques » et de la ville.

 

.

« Galet crème » Marbre crèmo délicato Carrare Italie. H. 60 cm.

 

« Petit blanc » Marbre de Carrare. H 52 cm.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jpeg

 

                                             «  LA PORTE DES CALANQUES »

                                   ROND-POINT DE VAUGANSON A SORMIOU.

           REALISATION D’UNE SCULPTURE AVEC LES ECOLES

Appropriation d’une sculpture par un quartier, sa population.

Une œuvre ouverte sur la réalité, vers la colline, vers la ville.

Le projet consiste à réaliser la sculpture d’un galet percé d’un trou rectangulaire à partir d’un bloc de type dolmen d’environ trois mètres provenant d’une carrière du quartier, d’autres pierres plus petites sculptées par des enfants font parties de l’installation.

Le travail sur un galet, c’est-à-dire arrondir la roche comme pourrait le faire une rivière, un fleuve, ici est réalisé par les enfants accompagnés du sculpteur. Équipes d’outils simples, marteaux, burins, râpes, ils sculptent sans contraintes de forme, usent, poncent… tous participent !

Des dessins, préparés en classe ayant pour thème leur environnement, seront gravés par eux  sur leurs galets avec leurs noms, puis posés sur le rond-point autour de « La porte des calanques ».

Des adolescents peuvent intervenir poncer polir, graver eux aussi textes, illustrations et signature sur la sculpture.

Tous pourront ainsi s’approprier l’œuvre, prendre conscience de la spécificité de leurs environnements dans une dynamique de cohésion et d’appartenance à un quartier.